Pi-Hole ou comment mettre Adblock sur tout un réseau

Coucou tout le monde,

Est-ce que vous utilisez Adblock, Ublock ou tout autre extension pour bloquer les pubs ? En ce qui me concerne, oui. C’est très simple, je ne peux tout simplement pas utiliser un navigateur si je n’ai pas de bloqueur de pub d’installé !

Un meme qui explique bien ma situation 🤠

Le souci avec ce genre d’extensions, c’est qu’elles consomment beaucoup de ressources processeur / mémoire en plus de devoir être installées sur le navigateur en question pour fonctionner. Alors oui, je sais, il existe des navigateurs avec des bloqueurs de pub intégrés mais parfois, on a juste ni le choix du navigateur, ni la possibilité d’installer une extension.

Parfois, on aimerait juste que ça fonctionne, comme ça, naturellement, sans n’avoir rien à faire et ça, sur tous les appareils de la maison ou du bureau (« out-of-the-box » comme diront les plus anglophones 🤠 ).

Si vous pensez comme moi, alors vous êtes à la bonne adresse, car aujourd’hui, je vous propose ce petit tuto DIY afin d’en finir définitivement avec les pubs chez vous ou à votre lieu de travail.

Ingrédients :

– un Raspberry Pi 🍓 (désolé il n’y avait plus d’emojis framboise)
– une carte SD, à la base je n’en ai pas vraiment besoin vu l’installation que j’ai (ici)mais une carte SD de 4 Go devrait être largement suffisante.
– une alimentation usb (si vous n’avez pas l’alimentation officielle sous la main, votre chargeur *USB* de téléphone fait largement l’affaire)
– une distribution Linux, la plus plébiscité sur Raspberry Pi étant Raspbian, on prendra Rapsbian, mais n’importe quel distrib fait l’affaire !
– un autre ordinateur (pour configcaptionr notre framboise)

Préparer le terrain :

Normalement, quand vous sortez du carton votre Raspberry Pi, il n’y a rien d’installé, courrez donc brancher votre carte SD dans le lecteur de carte SD de votre autre ordinateur afin d’installer Raspbian sur la carte comme précisé sur ce petit tuto

Après cela, on s’empresse d’activer le service SSH de notre Raspberry Pi en allant dans la partition boot (et non le dossier /boot à la racine). Une fois qu’on est dans la bonne partition, on crée simplement un fichier vide nommé « ssh ».

Et voilà, c’est bon pour l’installation du Raspberry, il ne reste plus qu’à insérer la carte SD dans le port prévu à cet effet, d’allumer le tout et d’utiliser son terminal en se connectant via SSH au Raspberry Pi :

ssh [email protected][ADRESSE_LOCALE_RASPBERRY]

puis en mot en de passe : « raspberry »

ou via Putty pour les plus Windowsiens

on met l’IP du Raspberry dans le champ IP

puis on met le mot de 🤠

Une fois qu’on a le contrôle du RPI, on change au moins le mot de passe de l’utilisateur par défaut (en attendant l’article qui va bien) à l’aide de la commande :

[email protected]:~ $ passwd
Mot de passe actuel : "raspberry"
Nouveau mot de passe : [N'IMPORTE_QUOI_MAIS_PAS_"raspberry" !!]
Confirmation du mot de passe : [le même mot de passe que précédement entré 🤠 ]

À présent il est temps de parler de la solution que j’ai choisi : « Pi-Hole ». Il s’agit d’une solution Open-Source, ultra simpliste comme toujours et qui permet de régler notre souci de publicité d’une manière aussi intuitive qu’efficace. En effet, une fois que l’on aura mis en place la solution, le Raspberry jouera le rôle de « filtre ».

L’installation de Pi-Hole est ultra simpliste :

[email protected]:~ $ curl -sSL https://install.pi-hole.net | bash

le script devrait se lancer :

cette framboise… 😍

On déroule le script d’installation en naviguant avec les touches directionnelles du clavier jusqu’à cette étape qui est selon moi la plus importante. Ceux qui auront lu mon article sur les DNS (ici) sauront quoi choisir en DNS 🤠

Une fois l’installation terminée, l’adresse d’une page d’administration ainsi que votre mot de passe pour y accéder vous sont donnés, retenez le mot de passe ! Si vous préférez un autre mot de passe, vous pouvez toujours le changez via la commande :

[email protected]:~ $ sudo pihole -a -p

Une fois que tout est bien configuré on vérifie juste que la page d’administration fonctionne, si tout se passe bien vous devriez avoir affaire à une page semblable à celle-ci :

À partir de là, vous pourrez configcaptionr Pi-Hole à votre guise afin d’y mettre des réglages plus fin si vous le souhaitez. L’avantage avec cet outil, c’est qu’on peut maintenant tout superviser et potentiellement tout bloquer, faites donc attention à ne pas faire vivre à votre entourage une mini NSA domestique ou un Big Brother en puissance ! ☹️

Voilà typiquement l’exemple à ne pas suivre 😥

À partir de maintenant, vous faites comme vous le sentez ! En effet, vous avez trois choix de déploiement :

– La manière douce, en changeant l’adresse IP du serveur DNS de votre Box internet par celle de votre Raspberry et ainsi en mettant la configuration DNS de tous les autres appareils par défaut (comme ça, les appareils récupèrent automatique l’adresse DNS du Raspberry).

– La manière fine (ou « cas par cas »), en changeant l’adresse IP du serveur DNS de chaque machine que vous souhaitez « libérer » des pubs.

– La manière radicale, désactiver DHCP de votre Box internet et laisser le Raspberry tout faire tout seul via le serveur DHCP intégré.

Les trois méthodes fonctionnent bien entendu tout aussi bien, vous faîtes vraiment comme vous le sentez. Personnellement j’ai une préférence pour la manière douce, car c’est celle qui est selon moi la moins casse-tête. Par exemple, si vous achetez un nouvel appareil, aucune configuration n’est requise pour cet appareil, car il récupère automatiquement l’adresse du Raspberry via votre Box internet.

Verdict

Pour avoir testé Pi-Hole, je dois reconnaître qu’il s’agit là d’une solution comme je les aime, à savoir hyper simple à installer, hyper simple à configcaptionr, hyper simple à déployer et qui sont très souvent les plus efficaces qui puissent exister. Le tout servi, s’il vous plait, avec une documentation bien fournie qui permette bien entendu d’aller plus loin.

Voili, voilou, on ne change pas les bonnes habitudes, j’espère que cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager avec vos collègues ou vos amis et évidemment à faire votre propre idée sur le sujet.

D’ici là, portez-vous bien, buvez de l’eau car l’eau c’est la vie et à bientôt tout le monde !